Parrain et Soutiens

Titouan Lamazou

DES SOUTIENS DE POIDS

Parrainage de l’aventure

par de grands noms de la voile

L’association Oceanic Ouest recherche le soutien de parrains à l’image de leur projet : associatif, culturel, social et sportif autour de la mer,

Au travers de ce parrainage, l’association veut renforcer sa visibilité mais aussi et surtout bénéficier de leur expérience de navigateur et d’organisateur de course.

 

 

           

Elève d’Yvon Le Core, autant en voile qu’en dessin, il a été l’équipier d’Yvon Fauconnier puis d’Eric Tabarly.

Nommé «Artiste de l’UNESCO pour la Paix» en 2003, il a réalisé de nombreux portraits de femmes entre 2001 et 2007 pour son projet Zoé-Zoé, Femmes du monde. Depuis, il s’engage activement auprès d’associations caritatives pour la défense des droits des femmes et des enfants dans le monde.

Il remporte, en 1990, la première édition du Vendée Globe. Ce succès est suivi par la victoire en monocoque dans la Route du Rhum la même année. Titouan Lamazou est sacré champion du monde de course au large pour la période 1986 à 1990.

En 1991, il fonde, avec Florence Arthaud, le trophée Jules-Verne, première course sans limite de taille pour les navires, et lance la construction du plus grand monocoque de course jamais réalisé en matériaux composites, Tag Heuer..

Il participe au projet de l’association Oceanic Ouest car

 

«Devant l’audace d’Eymeric Maiffredy, il est difficile de dire non, j’ai envie de la soutenir. Son projet est bien ficelé»

 

 

 

                                                  

 

Ingénieur en matériaux composites. Passionné par la voile, il décide d’en faire son métier.

Il remporte à 24 ans, la Mini-Transat sur son propre bateau. Un bateau dans lequel il aura mis en application son sujet de mémoire de fin d’étude : équiper pour la première fois un voilier de course d’un mât en carbone.

Après sa victoire dans la Solitaire du Figaro 1991, Yves Parlier rachète le 60 pieds Groupe Sceta à Christophe Auguin, à bord duquel il a remporté le BOC Challenge. Bénéficiant du soutien de Cacolac et de la Région Aquitaine, Parlier remporte la Transat anglaise 1992 chez les monocoques, battant le record de l’épreuve, et manque de battre celui de la traversée New York-Cap Lizard de quelques heures.

En novembre, il est au départ du Vendée Globe 1992-1993 et démâte dans le golfe de Gascogne. Il parvient à regagner les Sables d’Olonne et à repartir et termine finalement 4e.

L’année suivante, Parlier remporte la première édition de la Transat Jacques-Vabre et se prépare à courir le BOC Challenge 1994. En août, il remporte le BOC Transatlantic Challenge, traversée de l’Atlantique en flotte vers le port de départ du BOC, Charleston mais, faute de moyen, il ne peut prendre le départ et rentre en France pour courir la Route du Rhum,nouvelle transat qu’il accroche à son palmarès.

 En 1996, Parlier vend Cacolac d’Aquitaine à Marc Thiercelin et travaille avec le groupe Finot à la réalisation du nouveau 60 pieds Aquitaine Innovations. Ils mettent au point le premier mât-aile, soutenu par des outriggers.Il prend le départ du Vendée Globe 1996-1997 mais une série d’avaries le contraint à l’abandon.

 En 2000, Yves Parlier prend le départ du 4e Vendée Globe sur Aquitaine Innovation. À la lutte avec Michel Desjoyeaux et Roland Jourdain en tête de course, le navigateur démâte dans les mers du sud. Contredisant les médias annonçant son abandon, il décide de réparer son mât seul et de continuer la course.

Le mot d’Yves Parlier :

 

« Depuis son adolescence Eymeric est totalement passionné par la mer, la course et les bateaux. En 1994 il m’a aidé dans la préparation de ma Route du Rhum et c’est avec grand plaisir que je vais pouvoir lui renvoyer la balle pour sa participation avec son bateau qu’il connait très bien. Je lui souhaite toute la réussite qu’il mérite…. «

                                                                                                                     Yves Parlier

 
Set your Twitter account name in your settings to use the TwitterBar Section.